Le pédagogue n’aime pas les enfants

19,00 CHF

Hen­ri Roor­da : Le péd­a­gogue n’aime pas les enfants

Réédi­tion en fac­sim­ilé de l’édition de 1917, aug­men­tée d’une pré­face de Mar­i­anne Enck­ell, d’une post­face de Doris Jakubec. Images inédites, bib­li­ogra­phie exhaus­tive, témoignages d’anciens élèves du pro­fesseur de math­é­ma­tiques agré­mentent le vol­ume.

Caté­gories : , Éti­quettes : ,

Description

Le péd­a­gogue n’aime pas les enfants

Hen­ri Roor­da s’est opposé toute sa vie à une école autori­taire qui impose des sché­mas sco­laires stériles, décourageant le désir de con­nais­sance de la jeunesse.

« Il faut être péd­a­gogue pour croire qu’on instru­it deux fois plus un enfant en lui don­nant huit leçons par jour qu’en lui en don­nant qua­tre.»

« Qu’on pro­pose aux écol­iers tous les exer­ci­ces sus­cep­ti­bles de les émer­veiller et d’entretenir leur ardeur ; mais qu’on ne men­ace pas d’une mau­vaise note ou d’une puni­tion ceux qui oublieront ce qu’ils ont appris. Lorsque l’enfant se livre tout entier au tra­vail qu’il aime, quelque chose de durable s’organise au fond de son être. »

« Je me demande si, en empêchant les enfants de bouger, on n’immobilise pas, du même coup, leur intel­li­gence.»

Pour célébr­er le cen­te­naire de la paru­tion aux Cahiers vau­dois du livre Le péd­a­gogue n’aime pas les enfants, l’Association des Amis de Hen­ri Roor­da, avec les Edi­tions HumuS, en pub­lient le fac-sim­ilé, accom­pa­g­né d’une intro­duc­tion de Mar­i­anne Enck­ell et d’une étude de Doris Jakubec-Vodoz sur les Cahiers vau­dois, la revue à laque­lle par­tic­i­paient notam­ment C.-F. Ramuz, Edmond Gilliard, Ernest Anser­met.

Images inédites, bib­li­ogra­phie exhaus­tive, témoignages d’anciens élèves du pro­fesseur de math­é­ma­tiques agré­mentent le vol­ume.

Hen­ri Roor­da van Eysin­ga est né à Brux­elles en 1870, Son père, fonc­tion­naire hol­landais à Java avait été révo­qué pour avoir cri­tiqué avec vir­u­lence le sys­tème colo­nial et l’oppression des indigènes. Veuf, il s’établit à Rolle puis à Clarens avec sa nou­velle épouse et leurs enfants, à côté de la mai­son d’Elisée Reclus.

Bon élève, Hen­ri avait des ambi­tions lit­téraires ; étu­di­ant, il se mit à fréquenter les milieux anar­chistes à Lau­sanne et à Genève, cos­mopo­lites comme le milieu de son enfance, et il défendit tou­jours des principes et des valeurs lib­er­taires.

Il enseigna les math­é­ma­tiques depuis 1892 à Lau­sanne, à l’École supérieure de jeunes filles puis au Col­lège et au Gym­nase. Il écriv­it plusieurs essais cri­tiques sur la péd­a­gogie, puis pub­lia de nom­breuses chroniques dans des quo­ti­di­ens romands, à la fois pour com­pléter ses revenus et pour laiss­er cours à son humour débridé.

Au matin du 7 novem­bre 1925, il se tuait d’une balle de revolver, lais­sant sur son bureau le man­u­scrit de Mon sui­cide.

160 pages, ill.

http://henri-roorda.org

Informations complémentaires

Poids 0.5 kg
Dimen­sions 16 × 23 × 1.5 cm
Auteurs

ISBN

978–2-940127–87-0

Horaires & information

++41 (0) 21 323 21 70
librairie@humus-art.com
Ouvert du mardi au vendredi de 12h à 19h, le samedi de 12h à 18h et sur rendez-vous